26-30/06 : L’aventure du Cape York

Après avoir longé cette fameuse Côte Est, très peuplée à notre goût, nous avions hâte de retrouver l’Australie sauvage, la vraie ! Quoi de mieux que la péninsule du Cape York, terre reculée du Nord, accessible seulement pendant la saison sèche et uniquement en 4×4 ? YAHIIIIIIII ! Comme au bon vieux temps, on a donc refait les provisions d’eau potable, de diesel et de nourriture avant de se lancer à l’assaut du Cape York !

Terre tropicale, la Péninsule du Cape York est striée de rivières, cours d’eau et criques, et parsemée de billabongs et de trous d’eau. Pendant la saison humide, de novembre à avril, la péninsule se transforme en immense marécage. Pendant la saison sèche, le paysage se transforme et laisse apparaître le bush, la savane, la jungle ! L’eau reste présente dans les plus grosses rivières, criques et trous d’eau : de quoi faire le bonheur des crocos et des oiseaux ! L’attrait de l’aventure, c’est parcourir ces étendues sauvages et isolées (protégées par le statut de « parcs nationaux » -nous avons quant à nous traversé le Lakefield National Park et l’Iron Range National Park) où les paysages les plus différents se succèdent :

• La savane

• Les criques de sables et les rivières où se cachent les crocos

• Les plaines recouvertes de termitières (vraie révélation aussie : j’adoooooore les termitières !)

• Les marécages recouverts de lotus

• La forêt tropicale (oups on retrouve plus les photos !)

• Les lacs

• … et parmi tout ça, les quelques traces de présence humaine (plus passée que présente d’ailleurs !)

Etre perdu dans la nature, c’est roots, et c’est aussi ça qu’on aime !
• Camper en bord de rivière (à côté des crocos, quoi de plus normal)
• Cuisiner au feu de bois (pain grillé pour le ptit déj, le luxe !)
• Discuter avec des australiens autour d’un feu de camp dans la jungle

Se rendre au Cape York, c’est aussi avoir envie de voir plein de crocos (pour Doud), avoir tout le temps peur des crocos (pour moi), et finalement approcher de près un croco (un fresh water croco, qui se relaxait au soleil dans la rivière à côté de laquelle nous campions), ne pas voir les salt water crocos (les coquins sont bien cachés pour mieux attaquer leurs proies… il y en avait plusieurs pourtant dans cette même rivière, tout près… brrrrh !), voir des goannas, des serpents et d’autres reptiles non identifiés, admirer de magnifiques chevaux sauvages, apercevoir toutes sortes d’oiseaux (dont des perroquets verts fluos !), des wallabies bien sûr, un dingo qui a traversé notre camp chassant une brush turkey (sorte de dinde sauvage)…

Bref, le Cape York, c’est l’aventure !!!
Gros bisous !

A.

2 commentaires
  1. Les trévoltiens says:

    Eh bien nous voilà rassurés d’avoir de vos nouvelles ! On commençait à s’inquiéter un peu … Surtout après avoir lu tout ce que j’avais pu sur le cape york. Je vous savais après lecture Indiana Jones au pays des crocos!!
    On voit en lisant vos articles que c’était donc bien la grande aventure!
    Que de choses vous allez nous raconter…
    Et maintenant quelle est votre destination pr ces dernières semaines australiennes?
    Pour nous ce fut un bon we de repos et ballade à Hauteluce avec Kikine et Jacky venus passer ici 15 jours.
    Gros bisous à nos aventuriers

    • Seb says:

      Mais faut donc pas s’inquiéter autant !!! A comparaison, le Kimberley c’était encore plus l’aventure!
      Mais c’est vrai que ces saletés de crocos, des fois ils font bien flipper. Prochaine destination : le Top End! (avec toujours des crocos, mais bon, c’est moins wild donc plus secure :-)).
      Plus que quelques semaines d’Australie, mais on continue à en profiter jusqu’au bout!
      Gros bisous!

      A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *